ENGEL (A.)


ENGEL (A.)
ENGEL (A.)

ENGEL ANDRÉ (1947- )

Philosophe de formation, André Engel abandonne l’enseignement pour rejoindre le Théâtre de l’Espérance de Jean-Pierre Vincent et de Jean Jourdheuil. Il participe à la réalisation de Dans la jungle des villes , de Brecht (1972), puis signe la mise en scène de Don Juan et Faust, de C. D. Grabbe, l’année suivante. En 1975, il collabore au Faust Salpêtrière , du metteur en scène allemand Klaus Michaël Grüber.

La même année, Jean-Pierre Vincent prend la direction du Théâtre national de Strasbourg. S’entourant d’intellectuels, auteurs, dramaturges (Michel Deutsch, Bernard Chartreux), pour la plupart issus du mouvement de Mai-68, il constitue un «collectif» théâtral. Marqué par la pensée de Guy Debord et le situationnisme, André Engel est de l’aventure. Il inaugure au T.N.S. un style de mise en scène inédit et tonitruant. Accompagné du peintre et scénographe Nicky Rieti, dont il ne se séparera plus, et du dramaturge et philosophe Bernard Pautrat, Engel imagine une représentation théâtrale qui bouleverserait les codes et les traditions du dispositif scène-salle. Ce sera Baal (1976), la première pièce de Brecht, interprétée par Gérard Desarthe dans les haras de Strasbourg. Déplacer la représentation de l’enceinte théâtrale, sclérosée et chargée d’artifices, vers un lieu vivant, utilitaire, au cœur de la cité, inviter les spectateurs à un parcours mimant celui du héros brechtien, telle est la démarche.

Avec les spectacles qui suivent, l’expérience se radicalise. Le public de Week-end à Yaïck (1977), d’après Pougatchev , de SergueïEssénine (1921), subit le traitement d’un groupe de touristes découvrant l’U.R.S.S.: visite guidée en car et séjour dans la demeure d’une famille d’autochtones. La pièce éclate en autant de spectacles qu’il y a d’appartements. En 1979, Kafka-Théâtre complet transporte les spectateurs dans un hôtel rappelant celui du Château. Isolés dans chacune des cent chambres, ils reçoivent la visite d’un groom, assistent à des scènes, à des récits de persécution. Monté dans des entrepôts désaffectés, Ils allaient obscurs dans la nuit solitaire, (1979), d’après En attendant Godot, ancre la réflexion métaphysique et abstraite de Beckett dans un réel concret et urbain. Dell’Inferno (1982), lecture du mythe d’Orphée à la lumière de l’œuvre de Dante, de Rilke, est conçu comme un parcours initiatique, en train puis dans la zone industrielle de la plaine Saint-Denis. Dernière tentative du genre, Lulu, (1983), d’après Wedekind, se déroule dans la salle de café-concert du Bataclan, à Paris, rénovée pour l’occasion.

Il y a de la part d’Engel le souhait d’en finir avec la scène à l’italienne, qui «brime le corps du spectateur», la volonté d’abolir la distance, la séparation qu’elle suppose. Le décentrement ne concerne pas seulement le lieu théâtral mais porte sur le dispositif dramatique dans son ensemble. Plutôt que d’assister aux tribulations du sujet kafkaïen, les participants de Kafka-Théâtre complet les endurent eux-mêmes. Le spectateur est placé au cœur de la métaphore, il devient le sujet même du spectacle.

À son retour dans l’enceinte théâtrale, Engel persiste à jouer le jeu du dépaysement. Le décor de Penthésilée , de Kleist (1981), fige la scène dans un glacier. Pour le Misanthrope (1985), Rieti transforme la maison de la culture de Bobigny en écuries, figurant un lieu à mi-chemin de la société et de la nature. Quant à l’adaptation à la scène du Livre de Job (1989), elle souffre de l’ultra-décorativisme d’Engel, brouillant la limpidité du texte.

Les écrivains allemands et autrichiens demeurent ses auteurs de prédilection: il met en scène Venise sauvée (1986), d’après Hofmannsthal, La Nuit des chasseurs (1988), réflexion intellectualiste autour du Woyzeck de Büchner, Légendes de la forêt viennoise (1992) de Horváth, chronique sur fond de bêtise petite-bourgeoise au temps de l’ascension hitlérienne. La cruauté et l’humour de Thomas Bernhard l’inspirent particulièrement. Il donne du Réformateur (1991) et de La Force de l’habitude (1997) des mises en scène plus apaisées qu’à son habitude, d’où le maniérisme et l’agitation sont absents.

Passé les spectacles-événements des années 1970, c’est peut-être avec l’opéra que le romantisme, l’aspiration vers l’image cinématographique et les inventions scéniques d’André Engel trouvent le mieux leur justification: il est notamment le metteur en scène de Salomé , de Richard Strauss, en 1988, de Lady Macbeth de Mzensk , de Chostakovitch, à l’Opéra-Bastille en 1992.

Longtemps en délicatesse avec l’institution, André Engel dirige depuis 1996 le Centre dramatique national de Savoie.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Engel — means angel in German, Danish, Dutch, Norwegian and Afrikaans and may refer to: * Engel (song), performed by Rammstein * Engel (role playing game), a 2002 role playing game * Engel (band), Swedish industrial/melodic death metal band *Engel group… …   Wikipedia

  • Engel — Saltar a navegación, búsqueda Para otros usos de este término, véase Engel (desambiguación). «Engel» Sencillo de Rammstein del álbum Sehnsucht Publicación 1 de abril de 1997 …   Wikipedia Español

  • Engel — Engel. Die geistigen Wesen, welche als Boten und Diener Gottes die heilige Schrift sowohl im alten, als im neuen Testament so oft erwähnt, welche als Dämonen und Genien bei Griechen und Römern, als Peris und Jezed s bei Persern, und unter andern… …   Damen Conversations Lexikon

  • ENGEL (E.) — ENGEL ERNST (1821 1896) À Dresde, sa ville natale, Ernst Engel crée, en 1850, l’Office saxon de statistique; il devient ensuite directeur de l’Office statistique de Prusse, donnant à cet organisme une efficacité et un prestige remarquables; il en …   Encyclopédie Universelle

  • Engel — Sm std. (8. Jh.), mhd. engel, ahd. engil, as. engil Entlehnung. Wie gt. aggilus, anord. engell, ae. engel entlehnt aus gr. ággelos Bote (evtl. unter Mitwirkung der l. Entlehnung angelus). Das griechische Wort ist seinerseits wohl ein altes… …   Etymologisches Wörterbuch der deutschen sprache

  • Engel — Engel: Die den germ. Sprachen gemeinsame Bezeichnung für die im christlichen Glauben als Boten Gottes benannten Mittelwesen zwischen Gott und Mensch (mhd. engel, ahd. engil, got. aggilus, niederl. engel, aengl. engel, schwed. ängel) beruht auf… …   Das Herkunftswörterbuch

  • Engel — (Einruhr,Германия) Категория отеля: Адрес: 52152 Einruhr, Германия Описание …   Каталог отелей

  • Engel — (сингл)  сингл немецкой рок группы Rammstein. Engel  шведская группа, исполняющая мелодичный дэт метал. Engel  обозначение американского энтомолога и палеонтолога в названиях, описанных им насекомых …   Википедия

  • Engel — [Aufbauwortschatz (Rating 1500 3200)] Bsp.: • Engel werden meistens mit Flügeln dargestellt. • Es gibt viele Engel auf Weihnachtskarten …   Deutsch Wörterbuch

  • Engel [1] — Engel (v. griech. angelos, »Bote, Gesandter«), in dem religiösen Vorstellungskreis besonders der semitischen Religionen und des Christentums Mittelwesen zwischen Gott, als dessen Hofstaat oder Dienerschaft sie geradezu im Orient gedacht werden,… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.